Pain perdu – dessert de grand-mère proposé par des Chefs


Un petit peu d’histoire

Pain perdu

Il est difficile de dater l’origine du pain perdu, dessert que l’on retrouve dans plusieurs pays. Ce que l’on sait en revanche, c’est que ce dessert était partout le gâteau du pauvre : sa préparation ne nécessite pas d’ingrédients onéreux. Il serait associé au premier lundi qui suit l’Épiphanie (fête des Rois mages) appelé « lundi perdu ».

Le pain perdu permet de réutiliser le pain rassis et donc de ne pas gaspiller. Il faut dire que jeter le pain est considéré partout et de tout temps comme inacceptable. Ce plat est ainsi un grand classique des tables familiales, un doux souvenir d’enfance de beaucoup d’entre nous, et est connu dans de nombreuses régions du monde sous diverses appellations. Par exemple pain doré au Québec ou pain crotté dans le nord de la France.

Mais aujourd’hui, de nombreux chefs se sont réappropriés la recette, et en ont fait un dessert gastronomique !

La recette traditionnelle du pain perdu

Les ingrédients de base sont simples : pain, lait, œuf et beurre.

Le pain perdu est confectionné à partir de pain trempé dans un mélange de lait et d’œuf puis cuit. La recette consiste à tremper des tranches de pain dur dans un mélange de lait et d’œufs battus. Les tranches, une fois imbibées puis égouttées, sont cuites à la poêle dans du beurre ou bien au four. Lorsqu’elles sont dorées sur les deux faces, il suffit de les saupoudrer de sucre avant de servir, au petit déjeuner, au goûter ou en dessert.

Mais il est aussi possible d’incorporer du fromage dans la préparation : le pain perdu est alors servi comme entrée ou plat au déjeuner ou au dîner, éventuellement accompagné de jambon.

Au restaurant Les Noces de Jeannette, nous proposons une recette originale : le pain perdu au miel, servi avec de la glace à la crème de lait bouilli.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *